Qu’est ce qu’un produit alimentaire industriel ?

Les produits alimentaires industriels sont apparus avec la société de consommation dès le milieu du 20ième siècle. Leur objectif ? Pouvoir produire de grande quantité de nourriture à un prix défiant toute concurrence.

On appelle « produit industriel » tout produit qui résulte d’un process industrialisé (en plus ou moins grande série). Qu’est ce qu’un process industrialisé ? C’est un processus cadré selon des règles bien précises dont le but est de sortir des produits à une cadence précise et, surtout, de façon complétement identiques. En gros le premier produit à être sorti de ligne au début de la journée doit être le plus possible identique au dernier.

Dans l’industrie cela prend évidemment tout son sens, il faut que les pièces soient le plus identiques possible pour pouvoir les assembler, et qu’elles assurent leur fonction durant toute leur durée de vie. Mais pour l’alimentaire ? Quelle est la fonction de la nourriture ?

Nourrir, certes, les produits alimentaires sont des produits de première nécessité car tout le monde est obligé d’en consommer pour survivre, c’est un besoin humain essentiel cela va de soit. Sauf que les matières premières utilisées viennent, elle, de la nature (bon tout vient de la nature à la base hein !), mais surtout uniquement du vivant (si quelqu’un vous dis qu’il ne consomme rien de ce qui a été vivant un jour, c’est qu’il fait une grève de la faim !).

Et le vivant c’est synonyme de différence, pour chaque individu de chaque espèce il n’existe aucun autre individu identique, grâce à l’évolution des gènes on a une biodiversité des individus (en plus de celle des espèces).

On commence alors à distinguer le problème, quand les industriels de l’agroalimentaire se sont penchés sur la question, il fallait qu’ils sortent des produits finis totalement identiques, n’ayant en entrée que des matières premières « différentes ».

Transformer, transformer, transformer !

Du coup, la solution est de tout transformer, de A à Z, on sélectionne dès la graine celles au meilleur rendement, qui pousse de la même façon et à la même hauteur dans toutes les conditions climatiques (on uniformise la nature en quelque sorte) et ont leur fait subir tout un tas de traitement, nettoyage, décantage, raffinage, séchage pour se débarrasser « des impuretés » ou au contraire ne concentrer qu’une partie des « propriétés » de l’ingrédient. On obtient ainsi tout un tas de poudre, pâtes, huiles et liquides que l’on va pouvoir joyeusement mélanger ensemble et qui donneront toujours le même produit, c’est beau la chimie(1).

C’est beau oui mais il y a un hic, la fonction première (et unique d’ailleurs ?) d’un aliment c’est de nourrir, avec tout un tas de nutriments et oligo-éléments essentiels au fonctionnement du corps humain. Le problème est qu’à force de transformations tout ces aliments on perdus la majeure partie de leur nutriments (ainsi que leur couleurs et leurs goûts).

Heureusement il y a les additifs alimentaires ! Toute une chatoyante panoplie de colorants, conservateurs, exhausteurs de gouts, arôme artificiels et j’en passe. Youpi ! on va pouvoir compléter notre attirail de chimiste pour donner la forme, la texture, le goût et la couleur que l’on souhaite à nos produits, on peut créer l’aliment parfait, formidable non ?

Ben, non, pas si formidable que ça, pour deux raisons :

  • Cela n’apportera jamais toute la richesse nutritionnelle d’un produit non industriel ! En effet malgré tous les ajouts artificiels on n’attendra jamais la qualité nutritive d’un produit « artisanal » qui contiendra bien plus d’éléments, certes en quantité minimes, mais quand même présents(2).
  • C’est mauvais pour la santé ! Le corps humain se souvient de tout, tout ce que vous ingérer se retrouve quelque part dans votre corps (en plus petite quantité certes, la majorité étant évacué par la digestion) et cela pose problème. De plus en plus d’études démontrent les effets néfastes (perturbateurs endocriniens, produits cancérigènes ou tout simplement toxiques) des additifs(3).

à cela je rajouterai une troisième raison :

  • C’est… pas bon, vraiment pas bon ! Étant grand adepte de cuisine maison et de saveurs toujours plus raffinés, je ne comprend même pas comment on peut acheter un plat « cuisiné » tout fait dont la sauce ressemble à du plastique et qui sent le renfermé ! (Hommage à Jean-Pierre Coffe qui n’hésitait pas à qualifier les produits industriels de « merde » en direct à la télé ou à la radio, c’était il y a 30 ans mais pas grand chose n’a changé…)

Bon super, maintenant qu’est ce qu’on fait ? Parce que tout le monde n’a pas forcément le temps (ni l’argent !) de faire la tournée des magasins de proximité pour manger du local/artisanal/bio/naturel/éthique/responsable/etc. (on y reviendra dans un prochain article).

Limiter sa consommation

Même en allant uniquement en supermarché il est possible de limiter drastiquement sa consommation de produits industriels, en suivant deux règles simples :

  1. Privilégié les ingrédients seuls. Il y a beaucoup moins de chance de trouver des additifs en quantité dans les ingrédients seuls que dans les produits que l’on appelle « ultra-transformés » (typiquement les plats tout fait à réchauffer au micro-onde, beurk…). Bon par contre il faudra cuisiner tout ça après 😉
  2. Regarder la liste des ingrédients. Entre les huiles hydrogénées, le glutamate monosodique, le benzoate de potassium, la lécithine de soja et autres cocktails de colorants et conservateurs difficile de se retrouver pour savoir ce qui est bon ou pas ! Ici la règle est simple, si vous ne connaissez pas l’ingrédient et qu’il ne se trouve pas dans votre placard de cuisine, c’est qu’il ne sert à rien !
Un bon exemple avec ces nouilles instantanées et leur « poudre d’assaisonnement », rien que les nouilles contiennent trois types de stabilisants !

Évidemment il n’y a pas que les additifs à prendre en compte, il faut aussi attention à la quantité de sucre, sel et matière grasse mis à outrance dans les produits transformés ou pour remplacer des additifs (gras, sucre et sel = plaisir !). La meilleur façon de maitriser ces quantités reste de faire la cuisine soit même ! On y reviendra aussi ! 😉

Merci d’avoir lu cet article jusqu’au bout, n’hésitez pas à commenter, partager, réagir dans les commentaires, on s’améliore toujours avec l’avis de tous ! 🙂

Sources :

(1) https://www.lanutrition.fr/les-news/quest-ce-quun-aliment-ultra-transforme-

(2) https://www.mangerbouger.fr/pro/sante/alimentation-19/nouvelles-recommandations-adultes/rubrique-test/les-aliments-gras-sucres-sales-et-ultra-transformes.html

(3) https://www.consoglobe.com/additifs-alimentaires-fiche-pratique-cg

Publié par Mushu Kuneo

Ingénieur en mécanique de formation, j'ai toujours été passionné par la compréhension du monde, autant en terme de physique, que de social et sociétal. J'essaye maintenant d'expliquer le monde dans lequel on vit pour essayer de construire un nouveau futur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :